Été
Bercée entre les rivières et les collines

Maires et conseillers - Engagement politique

par Maude-Emmanuelle Lambert
2016

 

On ne peut traiter de l’histoire d’une municipalité sans parler des personnes qui ont contribué à l’essor de celle-ci par l’entremise de leur engagement politique. Plusieurs conseillers et maires se sont distingués au fil de l’histoire de la municipalité : ils et elles l’ont dotée d’infrastructures essentielles, ont contribué à son développement économique ou encore à mettre en place des activités sportives et de loisirs. Certains d’entre eux ont même servi plusieurs années, voire des décennies leurs concitoyens.

 

Quelques figures marquantes

Le développement du village de Quyon est étroitement lié au nom de John Egan. Premier député du comté de Pontiac, Egan implante en 1846 une scierie sur la rivière Quyon (il avait déjà, en 1840, construit une autre installation de ce type au village Pontiac, possiblement la plus importante installation du genre le long de l’Outaouais), au coeur du village du même nom, à l’emplacement actuel du moulin Dowd sur la rue Egan[1]. Autour de celui-ci, plusieurs familles s’installent et le petit village de Quyon se dessine. Egan fera aussi don de terrains aux différentes confessions religieuses pour la construction d’églises dans le canton d’Onslow et à Quyon. Toutefois, en 1857, alors qu’il est à peine âgé de 46 ans, l’homme d’affaire décède prématurément, victime de l’épidémie de choléra qui sévit à Québec où siège alors le Parlement.

Son assistant Walton Smith, qui est également dans le commerce du bois, est aussi un citoyen très engagé dans le développement du village. De 1860 à 1865, puis à nouveau de 1873 à 1875, Smith est maire d’Onslow. En 1875, lorsque la municipalité de village de Quyon est créée, il en devient le premier maire et occupe ce poste jusqu’en 1878. C’est également lui qui fait construire, en 1860, la grande maison de pin à trois étages située au 1020 Clarendon, aussi appelée maison Mohr. Smith a également été maître de poste pendant 26 ans.

Joseph Wyman jr, neveu de Philemon Wright, s’installe avec son épouse Sally Olmstead dans le canton d’Onslow sur les lots 3 et 4 de la 4e concession (223 Clarendon) vers 1835. Il y fonde un hameau qu’il nomme Woburn, en l’honneur de la ville du Massachusetts dont il est originaire. Le hameau est ensuite connu sous le nom de Billerica, mais en 1956, le nom est officiellement changé pour Wyman (nom par ailleurs utilisé depuis le début du XXᵉ siècle, mais reconnu tardivement par la Commission de géographie du Québec). Wyman joue un rôle important dans l’histoire des communications de la région. À partir des années 1840, il s’occupe de transporter par terre, le courrier entre Aylmer et Portage-du-Fort. Son moulin fournit le bois d’œuvre pour la construction des bâtiments devant abriter la cuisine et les dortoirs des hommes qui travaillent au chantier du canal de la baie Georgienne (1854-57)  au village de Pontiac. Conseiller pendant plusieurs années à Onslow, il en sera aussi maire en 1877.

Fils du Capitaine Donald Charles McLean, ancien employé de la CBH, devenu célèbre pour avoir parcouru en raquette la distance entre Montréal et la Baie d’Hudson, Hector M. McLean est maire d’Eardley pendant 17 ans et préfet du comté d’Ottawa (Eardley a longtemps fait partie du comté d’Ottawa) pendant cinq ans. Il sera aussi maire du village de Quyon de 1889 à 1891. Il a été propriétaire de l’ancien moulin Egan (passé aux mains de Walton Smith) à partir de 1886, qu’il revend en 1897 à la Dowd Milling Company.

John James Muldoon, résident du hameau de Beechgrove, considéré comme l’homme le plus lourd au Canada à la fin du XIXᵉ siècle (avec ses 461 livres), a également servi comme conseiller d’Onslow-sud pendant plusieurs années (dont 1895-1897) et comme maître de poste.

Onslow-nord, connaît quelques années houleuses, ou instables au tournant du XXᵉ siècle. Entre 1897 et 1904, pour des raisons qu’on ignore, Patrick Farrell et William Mooney, s’échangent au moins trois fois le siège du maire. Cette municipalité connaît une stabilité à partir de janvier 1906 lors de l’élection de Patrick O’Reilly, qui reste en poste jusqu’en 1925. Il est d’ailleurs le maire qui est demeuré le plus longtemps en poste à Onslow-nord, avec un total de 19 ans. Le deuxième est Andrew Daley, avec 14 ans, de 1937 à 1951[2].

 


Patrick O’Reilly, maire de Onslow-nord de 1906 à 1925. O’Reilly est le maire qui est demeuré le plus longtemps en poste à Onslow-nord, avec un total de 19 ans. Il est aussi préfet du comté de Pontiac de 1921 à 1924. Source : Archives du Pontiac

 

Certains conseillers ont servi pendant de très longues périodes. Bernard Armitage qui a notamment participé à la création de la Municipalité de Pontiac a ainsi représenté Onslow-nord pendant 30 ans[3]. Leo Gibbons pour sa part, qui a siégé sur le conseil municipal de Quyon de 1965 à 1975, fait un retour en politique à la fin des années 1980 à titre de conseiller de Quyon au sein de la nouvelle municipalité[4]. Président de la Société d’agriculture de Quyon, Kenneth Bronson a servi pendant 35 ans à titre de maire (1961-1975) et de conseiller d’Onslow-sud, puis de la Municipalité de Pontiac.

Une autre figure incontournable de l’engagement citoyen est sans nul doute S. Wyman Mackechnie. Très présent au sein de la Société d’agriculture de Quyon et de la Coopérative de lait et fromage de Quyon, cet éleveur de vaches laitières Ayrshires est récipiendaire de la Médaille du mérite agricole en 1953[5]. Maire d’Onslow-sud de 1941 à 1951, il est d’abord conseiller dans les années 1930. Dans son livre en grande partie autobiographique, Weathering the Thirties (1982), il explique comment il en est venu à faire de la politique municipale alors que certains de ses concitoyens lui ont demandés de se présenter au moment où s’engageaient les négociations entre la municipalité d’Onslow-sud et Hydro-Ontario pour des redevances fixes sur une période de 20 ans (300 000$), un montant jugé bien inférieur à la valeur des installations[6].

03-04_S._Wyman_MacKechnie_-_maire_dOnslow-sud_1941-1951.jpeg


S. Wyman MacKechnie, maire d’Onslow-sud de 1941-1951. Citoyen engagé au sein de la Société d’agriculture de Quyon et de la Coopérative de lait et fromage de Quyon, MacKechnie a d’abord été conseiller municipal dans les années 1930. Il a été préfet du comté de Pontiac de 1947 à 1949. Source : Archives du Pontiac.



Enfin, dans le secteur Eardley, les Lusk ont joué un rôle prépondérant au conseil municipal. Au moins deux d’entre eux, Isaac Lusk et Jos. F. Lusk ont siégés au conseil municipal.

 

Caractéristiques de la représentation municipale

De manière générale, les familles pionnières (Wyman, Mohr, Merrifield, Lusk, Mulligan, etc.) dont on trouve les noms dans la toponymie locale, ont toutes eu, à un moment ou un autre, un maire ou un conseiller dans les quatre municipalités qui forment aujourd’hui la Municipalité de Pontiac. Par ailleurs, au XIXᵉ siècle, comme dans la plupart des municipalités québécoises rurales, la politique est largement dominée par les marchands (Smith, Lough, Mohr) et les quelques membres des professions libérales (Dr Ashely à Quyon). Au tournant du XXᵉ siècle, l’amélioration des techniques agricoles et l’orientation vers la production laitière et fromagère voient l’émergence de plusieurs fermes prospères. Ces producteurs (comme les Mackechnie, les Kennedy et les Bronson, pour n’en citer que quelques-uns), vont prendre une place de plus en plus importante dans les conseils municipaux, reflétant la transformation des activités économiques en présence au sein de la municipalité et confirmant le long déclin de l’industrie forestière.

Bien qu’aujourd’hui la Municipalité de Pontiac compte près de 50 % de locuteurs francophones, ces derniers sont largement absents des conseils municipaux du secteur ouest de la municipalité au XIXᵉ et dans la première moitié du XXᵉ siècle. Ni Onslow-sud, ni Onslow-nord ou Quyon n’ont eu au cours de leur histoire un maire francophone. En revanche à l’est, à Eardley, on retrouve quelques francophones sur le conseil municipal dans les années 1970 (Albert Tremblay, Ephrem Martial et Marcel Lavigne). Le premier maire francophone de la Municipalité de Pontiac est Marcel Lavigne, élu en 1979.

Comme partout au Québec, les femmes ont fait assez tardivement leur entrée en politique municipale. D’ailleurs, le Québec est la dernière province canadienne à leur accorder le droit de vote (1940) et la première femme élue à la tête d’une municipalité est Elsie Gibbons de Portage-du-Fort en 1953. Si aucune femme ne semble siéger au conseil avant cette période, il ne faut pas pour autant en conclure qu’elles n’ont pas influencé la politique municipale.

Les épouses des maires ont sans doute joué un rôle d’importance dans le cadre du mandat de leur époux, ne serait-ce qu’en attirant l’attention sur différentes questions. Plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs très engagées dans leur communauté. Quelques présidentes des différentes filiales des Women’s Institutes, telles que Mrs S. Wyman Mackechnie, Mrs J. Fred Lusk, Mrs Russell Tabor et Muriel Bronson sont des épouses de maires ou de conseillers. Dans les années 1950, à Quyon, on trouve une secrétaire-trésorière (non élue), Velan Cooney (Browlee) sous l’administration de William Burke (1959-1975). Joan Brady, occupe ce poste lors de la création de la nouvelle Municipalité de Pontiac en 1975 et on mentionne que deux employées de la municipalité, en 1978, Mary Ann Glazer et Idena Fraser agissent à titre de présidente et de secrétaire des élections[7].

À Pontiac, dans les années 1980 et au début des années 1990 (du moins jusqu’en 1995), Hélène Belisle siège à titre de conseillère dans l’administration de Marcel Lavigne, puis d’Edward McCann. En 1998, Denise Thériault-Levasseur est élue conseillère en même temps que le maire Bruce Campbell[8]. Vers la fin des années 2000, la représentation féminine est légèrement plus importante avec la présence de Lynn Beaton (2009-2013), Inès Pontiroli (2009-) et Nancy Draper-Maxsom (2013-) au conseil[9].

Les préfets

Enfin, quelques maires du territoire de la Municipalité de Pontiac ont aussi été préfets du Comté de Pontiac (aujourd’hui la MRC de Pontiac). Mentionnons Walton Smith (Onslow, puis village de Quyon) de 1872 à 1879, Patrick O’Reilly (Onslow, partie Nord) de 1921 à 1924, Herbert Young (Onslow Sud) de 1932 à 1933, P. H. McCann (Quyon) de 1933 à 1935, S. Wyman MacKechnie (Onslow, partie Sud) de 1947 à 1949 et William Burke (Quyon) de 1961 à 1971. Hector M. McLean, maire d’Eardley, puis de Quyon a été préfet du comté d’Ottawa.

03-03_P.H._McCann_maire_de_Quyon_1929-1942_et_Prfet_du_comt_de_Pontiac_1933-1935.jpeg


P. H. McCann est élu maire de Quyon en 1929. Il demeure à ce poste jusqu’en 1942 (soit 13 ans). Il est également choisi comme préfet du comté de Pontiac de 1933 à 1935. Source : Archives du Pontiac.


Le conseil municipal en 2015

En 2015, le conseil municipal est composé de Roger Larose (maire), Nancy Draper Maxsom (quartier 1), Edward McCann (quartier 2), Tom Howard (quartier 3), Inès Pontiroli (quartier 4), Brian Middlemiss (quartier 5) et le Dr Jean Amyotte (quartier 6).

Maires de la Municipalité de Pontiac (depuis 1975)

Nom

Élection (mandat)

William Burke

1975-1979

Marcel Lavigne

1979-1990

Edward McCann

1990-1994

Marcel Lavigne

1994-1998

Bruce Campbell

1998-2005

Edward McCann

2005-2013

Roger Larose

2013-

 

Annexe 1. Les maires du territoire de la Municipalité de Pontiac

Onslow et Onslow partie Nord, à partir de 1878[10]

Nom

Élection (mandat)

John Beahan (Behan)

25 juillet 1855

Walton Smith

23 janvier 1860 (1860-1865)

Andrew Bolger

20 janvier 1866 (1866-1869)

William Lough (Logue)

17 janvier 1869 (1870-1873)

Walton Smith

15 janvier 1872 (1872-1875)

Patrick A. Farrell

25 janvier 1875 (1875-1877)

Daniel Beahan (Behan)

5 février 1877 (1877-1878)

Robert McKinney (Onslow, partie Nord)

4 mars 1878 (1878-1885)

Patrick Farrell

12 janvier 1885 (1885-1887)

William Mooney

1887 (1887-1889)

Nicholas Morrisey

1890 (1890-1894)

Robert McKinney

1894 (1894-1896)

William Mooney

11 janvier 1897 (1897-1902)

Patrick Farrell

2 mars 1902

William Mooney

18 janvier 1903

Patrick Farrell

2 mars 1903

Nicholas Morrisey

7 mars 1904 (1904-1905)

Patrick O’Reilly

1906 (1906-1924)

John James O’Donnell

1925 (1925-1929)

Patrick J. Dolan

2 avril 1929 (1929-1937)

Andrew Daley

1er mars 1937 (1937-1951)

James McGoff

7 mai 1951 (1951-1953)

Daniel Farrell

21 janvier 1953 (1953-1957)

Harry Foran

22 octobre 1957 (1957-1962)

Everett Steele

12 octobre 1962 (1962-1969)

Sherwood Henderson

6 février 1969 (1969-1975)

Bernard Armitage

1975

 

Onslow-Sud (South Onslow), séparé d’Onslow en 1876

Nom

Élection (mandat)

Hugh Mulligan

1876

Joseph Wyman

1877

Thomas Sally

1878

Hugh Mulligan

1879-1891

Dennis Kennedy

1891-1901

W. W. MacKechnie

1900-1902

Richard Sally

1902-1904

W. W. MacKechnie

1904-1906

Dennis Kennedy

1906-1913

John Hickey

1913

Alex Erwin

1914

Dennis Kennedy

1915

Courtney Charles Hutchison

1916

William Burden

1916-1920

Herbie Young

1920-1923

Courtney Charles Hutchison

1923-1927

Herbie Young

1927-1933

Ambrose Kennedy

1933-1941

S. Wyman MacKechnie

1941-1951

Austin Clarke

1951-1952

John McBane

1952-1961

Kenneth Bronson

1961-1975

 

Village de Quyon (Quio Village), séparé d’Onslow en 1875

Nom

Année d’élection (mandat)

Walton Smith

1875-1878

William Lough (Logue)

1878-1880

Joseph Amm

1880-1882

Dr. F. D. Astley

1883

Joseph Amm

1883-1889

Hector M. McLean

1889-1891

J. P. O’Donnell

1891-1893

W. H. Meredith

1893-1903

William Regan

1903-1904

George T. Mohr

1904-1906

William-F. Harrison

1906

Geo. Guthrie

1907

James Moyle

1907-1911

Fred A. Davis

1911-1923

Dr. R. S. Dowd

1923-1928

P. H. McCann

1929

J. P. Daley

1942

Fred R. Hutchison

1947

Basil Stanton

1949

J. P. Daley

1953

C. Russell Taber

1955

William Burke

1959-1975

 

03-05_William_Burke_-_maire_de_Quyon_1959-1975_et_1er_maire_Mun._de_Pontiac_1975-1979.jpeg


Maire de Quyon pendant 16 ans (1959-1975), William Burke est aussi un joueur clé dans la création de la nouvelle Municipalité de Pontiac en 1975. Il en sera d’ailleurs le premier maire (1975-1979). Burke a également été préfet du comté de Pontiac de 1961 à 1971. Source : Archives du Pontiac.



01-22_Conseil_municipal_de_Bill_Burke_-_Quyon.jpeg


Conseil municipal de Bill Burke (Quyon), non daté. De gauche à droite : Lyle Bronson, Leo Gibbons, Aurel Trudeau, Billy Burke (maire), Velma Cooney Bronwlee (secrétaire), Laurie MacKechnie, Basil Murphy. Source : Archives du Pontiac.

 

Eardley (liste partielle des maires et conseillers)

Nom

Hector M. McLean

Meredith Caldwell

Isaac Lusk

David A. Dowd

Abraham J. Payne

Emanuel R. Faris

G. Kenneth Campbell

Jos. F. Lusk

Ira Merrifield

Hewitt H. Bell

Athanase Chamberland

Clifford Bradley

Albert Tremblay

Ephrem Martial

Marcel Lavigne

 

Sources pour les listes des maires

Archives des résultats des élections municipales (depuis 2001), MAMROT.

Répertoire des élus municipaux en Outaouais de 1845-1975, Centre régional des Archives de l’Outaouais

Janko Pavsic, Padrem Québec (prosopographie des administrateurs dirigeants et répertoire des entités municipales du Québec).

Souvenir of Centennial. Quyon, South and North Onslow (1975).

 


 

[1] Richard M. Reid, « Egan, John », Dictionnaire biographique du Canada.

[2] « North Onslow Mayors from 1855 to 1970 », The Equity, 20 août 1970.

[3] « Award for 30 years on council », The Equity, 6 juillet 1983.

[4] Denise Belec, « Gibbons wins close race », The Equity, 24 août 1988.

[5] « Lauréat 1953, Mackechnie », dans l’exposition Cent ans de mérite agricole, Musée de St-Ephrem.

[6] Voir à ce sujet le chapitre « The Councillor », Weathering the Thirties (Shawville, Dickson, 1982), p. 71-81. En fin du compte, Mackechnie mentionne que le nouveau maire « was (…) determined in his demand for an assessment of one million dollars on the company property. In this he was supported by five councillors. The other said little or nothing either way. Finallay the company agreed on the condition that he municipality lower its rate from ten mills on the dollar to six. With the company’s valuation as a base this was possible and the council agreed. In fact the board had planned to move in that direction all along as more total revenue would be received thus removing considerable load from the local taxpayers. Thus went into history one of the few cases of substantial tax reduction to be found in municipal records anywhere. », p. 80.

[7] « Election statistics in the Municipality of Pontiac », The Equity, 11 janvier 1978.

[8] Fred Ryan, « Upset in Pontiac election », Quebec Post, 6 novembre 1998.

[9] Voir Archives des résultats des élections municipales (depuis 2001), MAMROT.

[10] « North Onslow Mayors from 1855 to 1970 », The Equity, 20 août 1970.